Archives des articles tagués accompagnement

   
 
Bon je sais, ce ne sont pas mes meilleurs photos. Je l’avoue bien humblement, mais quand je fais cette recette avec mes filles, j’ai à peine le temps d’en prendre 1 ou 2 avant que mes filles les mangent!
Ma nutrionniste préférée, Aglaée Jacob, m’a suggéré cette recette il y quelque temps. Je l’ai fait le soir même, et ce fut un réel succès! Tellement que les filles m’ont suppliée de la refaire le lendemain… 
À la maison, j’ai choisi de conserver le fromage. Premièrement, parce que l’on aime ça. Deuxièmement, parce qu’ici, on supporte les produits laitiers en modération. Troisièmement, parce que des produits laitiers de bonne qualité, idéalement bio, contiennent des bons gras. Et ce que l’on en mange chaque jours? Non. 1 à 2 fois par semaine. 
La recette prend de la fécule de tapioca. Je la trouve au magasin d’alimentation naturelle à côté de chez moi. C’est assez facile à trouver.
N’hésitez pas au ajouter un peu d’eau à la pâte si elle n’a gloméris pas facilement ensemble, le résultat sera meilleur.
La recette se divise facilement en deux. Sinon, les restants se réchauffe bien le lendemain.
Pan de yucca
Quantité 24 pains

Durée 20min

À vos marques!
Pan de yucca
2 1/2 T de fécule de tapioca

4 T de fromage mozzarella râpé 

1 c à thé de poudre à pate

1 pincée de sel

6 oz de beurre fondu

2 oeufs

1 à 2 c à tb d’eau au besoin
Pret!
Faire chauffer le four à 500. Placer une grille au centre du four.
Mélangez les ingrédients secs ensemble dans un grand bol. Ajoutez le beurre et les oeufs et mélangez pour former une boule. Si la pate ne colle pas bien ensemble, ajoutez de l’eau.
Mettre un papier parchemin sur une plaque allant au four. Fomer des boules avec la pate de la grosseur d’une balle de golf. 

Mettre le four à broil. Placer la plaque au four pour 5 à 7 minutes.

C’est prêt quand le dessus est grillé.
Mangez!

Selon mon homme, le meilleur fromage est le mozzarella. J’ai essayé avec le cheddar et le résultat à été moins apprécié.

Mes filles s’impliquent dans cette recette. Elles m’aident à mesurer les ingrédients et roulent les boules. Elles ont beaucoup de plaisir!

Quand je mets cette recette à mon menu, je la calcule comme une portion de glucide. Alors, j’évite le dessert après, pour ceux qui veulent diminuer leur glucide.  
Ps: Avez vous écouté le podcast ou j’ai été interviewé? Je suis vraiment contente du résultat! Trouvez le ici
Recette provenant du blog laylita.com

Publicités

   
Voici notre recette préférée. Littéralement. C’est celle que je fais plusieurs fois par semaine, au grand bonheur de mes 3 petit minis des cavernes. 

Dans ma jeunesse, j’ai vécu au Cameroun, un pays d’Afrique centrale. J’y ai vécu 3 ans. Au début, on a peur de tout. On veut pas être malade. À l’époque, la coopération internationale était presque inexistante dans le possibilité de défit des québécois. On nous disait que c’était hyper dangereux, qu’il y avait des maladies sans noms et que revenir vivant tirait de l’exploit(sic) . On a reçu une dizaine de vaccins, dont 1 dans la fesse, ça fait salement mal! On nous a prescrit une tonne de médicaments et on nous a parachuter à Yaoundé, la capitale. 12 heures d’avion à faire c’est long…

On a bien vite réalisé que le portrait brosser par les spécialistes étaient bien loin de la réalité. On avait une grande maison, avec 6 toilettes. De vrais toilettes, pas des trous dans le sol… Bien sur, on a du apprendre à partager notre quotidien avec des lezards, des araignées et des coquerelles, mais j’y ai passé les 3 plus belles années de ma vie. 

Bref, la première année, tout bon coopérant quebecois tant de faire de son mieux pour manger le plus près possible de son alimentation usuelle, et fait de son mieux pour éviter les « spécialités » locales. Les coopérants américains faisaient venir par bateau des arachides planters, alors que le Cameroun est réputé pour la qualité de ses arachides… C’est ce que l’on appele avoir l’esprit fermé!

J’y ai mangé des bananes en regime, des mangues, des goyaves( mon fruit préféré de tout les temps), des ananas, des corassols, des beignets aux bananes , friend sur le bord de la route et servi dans un papier journal qui traine par terre, du manioc, et bien sur des plantains. 

Le plantain est une banane qui se mange comme un légume, parce qu’on doit la faire cuire pour la manger. On peut la manger verte ou jaune, et même presque noire. Plus la banane est jaune, plus elle sera sucrée. Si elle est noire, elle sera très sucrée. C’est super bon dans ma recette de tortilla. Mais à forcer de ne plus manger de sucre, on prêt le goût de celui-ci. On a réalisé qu’on préfèré une plantain verte bien croustillante à une plantain sucrée et molle.

Au Cameroun, ils mangent le plantain bien mûre, sauté ou frit dans l’huile. 
Les tostones, c’est une recette sud-américaine. On cuit la plantain 2 fois. C’est ce qui rend la croquette croustillante. Avec un peu de sel, c’est une superbe source de glucides et de gras. Attention, les croquettes ne sont pas bonnes réchauffées.

Tostones
Portion 4

Durée 30 minutes
À vos marques!
4 bananes vertes moyennes

1/2 T huile de coco

Sel au goût
Prêt!
Couper les extrémités et la peau sur le sens de la longueur. Retirer la peau et la jeter.

Couper les plantains en tronçon de 1 1/2 pouces 

Faire chauffer l’huile de coco à feu moyen dans une poêle à fond épais. 

Mettre les plantains et faire griller de tous les côtés. Une fois grillés, les retirer de la poêle.

Avec une assiette, écraser les plantains. Assurez vous qu’il reste encore de l’huile dans la poêle et y remettre les plantains écrasés.

Faire griller de chaque côté. Pour que ce soit croustillant, il fait qu’il y est de l’huile dans la poêle. 

Mettre sur un papier absorbant et saupoudrer de sel. 

Mangez! 

Il faut faire les plantains quand on est prêt à manger. Les tostones ne restent pas croustillants si on les fait trop d’avance. 

Si on utilise des plantains plus mûres, ils vont brûlés plus facilement à la cuisson. Soyez plus vigilant!