Hier soir, j’ai affronté Murph. L’entraînement que presque tous redoute. Un enchaînement infernal de 1,6km de course, 100 pullups, 200 pushups, 300 squats et un second 1,6km de course. Il est long, et souffrir longtemps n’est pas une option vraiment palpitante.
Il y a 1 an, en juillet 2014, j’étais régulièrement exposé au crossfit par l’univers paleo dans lequel j’approfondissais mes connaissances alimentaires. J’ai toujours pensé que le crossfit était un moyen dangereux de se mettre en forme. Puis, j’ai proposé à l’homme de faire une séance d’essais. Je ne me souviens plus exactement des mouvements, mais mon ego en a pris un coup. Je m’entraînais à la maison, je sortais de 3 mois de taekwondo intensif, pourquoi étais-je aussi épuisée après seulement 10min d’efforts? Je me souviens avoir regarder l’horloge après 2min et mettre dit: je ne pourrai pas tenir, c’est inhumain.
Puis, la séance à terminer. Et j’ai compris que j’étais Addict. Je voulais m’améliorer, je voulais être comme les filles que je voyais dans le gym. On s’est inscrit le soir même.
Depuis, je m’entraîne 4 fois semaine et j’ai accomplis mes premières pullups, mes premiers squats plus lourd que mon propre poids.
Mais le crossfit, pour moi, c’est plus que ça. C’est oser te pointer quand tu sais que ça va faire mal, mais que tu le fais pour le défi. C’est te pousser mentalement à faire une rep de plus, juste parce qu’il te reste encore un tout petit peu de jus. C’est affronter tes peurs, celle d’avoir l’air ridicule, celle de rater ton coup, celle de ne pas fitter, celle de ne pas être la meilleure. 
Chaque fois que je m’entraîne, j’apprend à sortir de mes zones de confort et pousser un peu plus fort. 
J’ai fait beaucoup d’anxiété dans ma vie. Je suis une personne qui a tendance à imaginer le pire, à éviter des situations trop risquées. J’ai fait une multitude de crise d’angoisse, persuadée que j’allais en mourir. J’ai travaillé fort à apprendre à accepter que mes peurs seraient toujours là, que je devais seulement apprendre à ne plus les écouter. 
Petit à petit, j’ai pu élargir mes activités. Retourner seule à l’épicerie, avoir les filles avec moi, conduire et beaucoup d’autres choses qui me terrorisaient. Et puis, j’ai senti que je pouvais pousser plus loin. Le crossfit est arrivé dans ma vie à ce moment là.
Hier, j’ai affronté le wod qui me faisait le plus peur. Murph. Je savais qu’il était à l’horaire du jeudi, dans notre box d’accueil lyonnais. J’ai eu peur toute la journée. Cette peur qui te prend au ventre, sourde. Et puis, j’ai voulu gagner. J’ai voulu me prouver que malgré mes peurs, j’étais capable de le faire. 
L’homme et moi somme allez au gym pour 20h. Dernière séance de la journée. Après une courte explication, le wod commence. Je l’ai fait au complet. 40:39min d’efforts. Je l’ai conquis.
Il y a 1 an, je n’aurais pas affronté Murph. 
Murph est la concrétisation de mon travail acharné pour me dépasser. Et j’en suis vraiment fière.
Pour moi, être maman des cavernes, c’est ça aussi. La vie peut parfois envoyer des tomates. J’en ai pris en pleines figure. Mais il faut se relever les manches et affronter notre difficulté. Et un jour, on regarde en arrière et on voit le chemin parcouru, et on sourit à nouveau. Parce qu’on est fier.
Aujourd’hui, essayez de faire quelque chose qui fait peur, vous serez fier!

Publicités